Le PALMARèS 2018

Prix de la plus belle métamorphose

Se réinventer est un leitmotiv de notre époque, et « surprenez-nous » une injonction devenue familière. Les bâtiments aussi ont la vie longue et peuvent, ou doivent, se réinventer pour satisfaire une demande changeante et s’adapter à leur contexte en mutation. Une reconversion, une restructuration, une réhabilitation, une extension sont autant de termes pour désigner la transformation d’un bâtiment. Pour l’amener à accueillir d’autres usages que ceux pour lesquels il a été conçu originellement, il faut une certaine capacité d’imagination et d’extrapolation, une vision assortie du courage nécessaire pour mener à bien le projet, et la capacité de convaincre une collectivité, des maîtres d’ouvrage, des propriétaires industriels. Conserver ou déposer, filer la métaphore ou privilégier la confrontation, opposer pour composer ou composer pour avancer : quelle que soit la stratégie poursuivie, ce prix distingue la métamorphose la plus efficace, menée dans les règles de l’art ou pas, subtile ou coup de poing, dans tous les cas coup d’envoi d’une seconde vie.

Télécharger le catalogue Prix AMO 2018
© Michel Denancé
© Michel Denancé
© Michel Denancé

TRANSFORMATION DE BUREAUX EN LOGEMENTS À CHARENTON-LE-PONT

→ Quai des Carrières, 94220 Charenton-le-Pont

Du bureau au logement, il n’y a qu’un pas franchi par Moatti & Rivière et I3F, à Charenton- le-Pont, où ils opèrent mains dans la main la transformation d’un immeuble de bureaux obsolètes en logements personnalisés.

Maîtrise d’ouvrage : Immobilière 3F
Maîtrise d’œuvre :
Moatti-Rivière (architecte), Egis Bâtiments Nord (BET)
Année du concours :
2014
Année de livraison :
2016
Programme :
Transformation de 7 000 m2 de bureaux en résidence intergénérationnelle de 90 logements et réhabilitation des 2 500 m2 de bureaux conservés Surface : 7000 m2 de bureaux à transformer en 90 logements sociaux, 2500 m2 de bureaux à rénover
Coût des travaux :
5,35 M€ HT
Labels obtenus :
Certification Patrimoine Habitat & Environnement

© Heintz-Kehr
© Heintz-Kehr
© Heintz-Kehr

DOCKS MALRAUX

→ Presqu’île André-Malraux, 67100 Strasbourg

En intervenant sur l’ancien entrepôt Seegmuller, Icade et le cabinet d’architecture Heintz-Kehr réinterprète audacieusement l’architecture industrielle de Strasbourg et renoue avec son fleuve.

Maîtrise d’ouvrage : Icade Grand Est
Maîtrise d’œuvre :
Georges Heintz et Anne-Sophie Kehr (architectes associés), PH Architecture (architecte d’exécution intérieurs logements), CTE (structure), NEC (fluides), ABM (thermique), Stoflique+Scène (acoustique)
Année du concours :
2010
Année de livraison :
2014
Programme :
67 logements de standing, 4 restaurants,
1 espace culturel de 2 000m2 dédié au digital, une
école de journalisme et de communication, 2 500m2 de bureaux et espaces de coworking
Surface :
11 600 m2 dont 4 350 m2 hab
Coût des travaux :
16 M€ HT
Labels obtenus :
BBC -20%

PRIX DE LA MISE EN ŒUVRE LA PLUS AUDACIEUSE

Mettre en œuvre un projet, une idée est un prérequis de l’architecture – ne qualifie-t-on pas l’architecte de maître d’œuvre ? La matière est au cœur de la question de construire et des stratégies pour durer : bien la choisir pour ses qualités intrinsèques, structurelles, esthétiques, environnementales mais aussi sociales, faire plus d’effets avec moins d’afféterie, ne pas la gaspiller, la réutiliser, la valoriser, l’optimiser sont des enjeux politiques actuels. Mettre en œuvre nécessite un savoir- faire et, contre toute idée reçue, ce savoir-faire peut se montrer audacieux, tenté par les limites de l’exercice ou l’expérimentation. Ce nouveau prix distingue la capacité de générer l’extraordinaire en sortant des sentiers battus, en prenant des risques et en parvenant à convaincre usagers, investisseurs, collectivités, entreprises. C’est le prix du pari, celui que la pierre massive peut être réhabilitée, que des filières peuvent être réactivées, que la tradition peut venir au secours de la création, que la structure peut défier la gravité et la poésie finir par payer.

Télécharger le catalogue Prix AMO 2018
© Maxime Delvaux
© Maxime Delvaux
© Maxime Delvaux

SALLE QUAI DE MOSELLE

→ 2 Quai de la Moselle, 62100 Calais

Comme suspendue dans l’air, la salle de basket de Calais galvanise, par sa légèreté et son ambition esthétique, supporters, joueurs et riverains.

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Calais
Maîtrise d’œuvre : Face B (architecte mandataire), Bollinger + Grohmann (ingénierie), Peutz (acoustique), TPFI (ingénierie), VS-A (façades)
Année du concours : 2014
Année de livraison : 2018
Programme : Salle de sport pouvant accueillir 1660 personnes en configuration match
Surface : 3 684 m2
Coût des travaux : 7 M€ HT
Labels obtenus : NA

PRIX DE LA TYPOLOGIE LA PLUS CRÉATIVE

La standardisation est un piège que nous nous tendons à nous-mêmes. Au prétexte de rationaliser le temps, l’espace et les moyens disponibles, de pré-fabriquer, condenser ou encore de capitaliser sur l’expérience, nous ne faisons que reproduire des schémas, des plans, des stratégies et des parcours, comme si l’habitude valait loi. Pourtant, à force de standardiser nos espaces, ce sont nos vies que nous standardisons. Ce prix fait le pari que l’espace diffuse sa qualité aux usages qu’il abrite et distingue l’imagination en plan. Troisième lieu, espace en plus, volume capable, espace mutable, lieu du hasard et lieu hasardeux : les typologies innovantes engendrent des expériences atypiques. Qu’elles s’appliquent à la petite enfance, à l’éducation, au logement ou au travail, elles inventent des lieux du partage, des intersections improbables, des lieux de retrait, des lieux d’inspiration.

Télécharger le catalogue Prix AMO 2018
© Filip Dujardin
© Filip Dujardin
© Filip Dujardin

RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE CHRIS MARKER

→ 148-156 bis Rue de la Tombe-Issoire, 75014 Paris

La Résidence universitaire Chris Marker, située dans le 14ème arrondissement de Paris, ouvre une voie nouvelle à l’avenir du logement étudiant en proposant un standard inédit : dix fois plus d’espaces dédiés à la vie collective que d’ordinaire.

Maîtrise d’ouvrage : RATP et Logis Transports
Maîtrise d’œuvre : Éric Lapierre Expérience (architecte), Batiserf (BET structure), Bureau Michel Forgue (économiste), INEX (BET Fluides et environnement), Peutz (acousticien)
Année du concours : 2007
Année de livraison : 2018
Programme : 365 logements étudiants
Surface : 9 655 m2 SDP
Labels obtenus : Habitat & Environnement Qualitel THPE

PRIX DU LIEU LE MIEUX PRODUCTIF

Comment travaille-t-on dans l’ère de la 4ème révolution industrielle ? L’heure du tertiaire aurait-elle sonné ? Le travail redeviendrait-il physique, impliquant le corps dans des déplacements, des postures, des rythmes que l’on pensait bannis ou réduits au clic de souris ? Comment un lieu de travail peut-il être réellement productif en termes d’innovation, de frictions, d’énergies, autant que de produits et de résultats nets ? Un bon lieu de travail c’est un lieu où l’on travaille bien : vertueusement, durablement, économiquement. Ce prix récompense la meilleure réponse : celle qui augmente productivité et valorise une production durable qu’elle soit artisanale, industrielle ou tertiaire, que le groupe soit côté en bourse, national ou familial, que le produit soit matériel ou immatériel.

Télécharger le catalogue Prix AMO 2018

LABORATOIRE CULINAIRE DE LA MAISON FERBER

→ 185 Rue des Trois Épis, 68230 Niedermorschwihr

Dans le petit village alsacien de Niedermorschwihr, l’agence AEA Architectes imagine pour la Maison Ferber un laboratoire culinaire qui donne corps à l’idée de « mieux produire » en proposant une architecture fonctionnelle et imprégnée.

Maîtrise d’ouvrage : Maison Ferber
Maîtrise d’œuvre : AEA Architectes (architectes associés), Serue ingénierie (BET)
Année du concours : 2012
Année de livraison : 2015
Programme : Relocalisation des ateliers de la Maison Ferber, fédération de trois espaces productifs différenciés en une seule unité de production
Surface : 1 560 m2 SDP
Coût des travaux : 2,2 M€ HT
Labels obtenus : NA

PRIX DU MEILLEUR CATALYSEUR URBAIN

Un projet peut agir vertueusement sur son environnement et son territoire. Bonnes pratiques, externalités positives, écosystème élargi, fertilisation croisée : la vocation de l’architecture est sociale, politique, économique, et son engagement est durable. Ce prix ne s’y trompe pas, qui récompense la meilleure balise – celle qui pose d’emblée les ambitions d’un territoire en mutation ou le devenir d’un nouveau quartier. Il distingue le projet qui donne un peu plus qu’il ne prend en s’inscrivant dans un site, celui qui parvient à rapiécer un territoire décousu, à créer des continuités et consolider un sentiment d’appartenance. L’architecture est un moyen de réguler des pratiques et donner chair à un environnement bâti, en générant par la matière des ressources immatérielles. À ce titre elle est potentiellement un fantastique adjuvant : un outil puissant à ne pas placer entre toutes les mains.

Télécharger le catalogue Prix AMO 2018
© Luc Boegly
© Luc Boegly
© Luc Boegly

CENTRE D’HÉBERGEMENT ET D’ACCUEIL INTERNATIONAL

→ 52 Avenue André Breton, 46000 Cahors

Bâtiment phare, la nouvelle auberge de jeunesse de Cahors forme un trait d’union entre différents pôles touristiques et visiteurs de tous horizons, et rassemble par sa contemporanéité.

Maîtrise d’ouvrage : Grand Cahors
Maîtrise d’œuvre : Antonio Virga Architectes (architecte mandataire), Cap Ingelec (BET TCE), General Acoustics (BET acoustique)
Année du concours : 2012
Année de livraison : 2017
Programme : Auberge de jeunesse comprenant 38 chambres et 94 lits, restaurants et office du tourisme
Surface : 2764 m2
Coût des travaux : 2,2 M€ HT
Labels obtenus : NA

Grand prix

« L’ancien entrepôt Seegmuller, à Strasbourg, est l’image même d’une ambition, urbaine et architecturale, partagée entre le maître d’ouvrage, Icade, et l’architecte, le cabinet Heintz architecte. La conception même de sa réhabilitation dit magnifiquement le lien entre le passé du lieu – symbolisé par son architecture en béton – et son présent, projeté dans une architecture métallique. Elle dit aussi le lien vivant entre les quartiers du Sud et ceux de l’Esplanade Nord, entre la France et l’Allemagne. Elle dit enfin la ville, puisqu’elle mêle habilement habitations, école, fabrique du numérique. Il y a de la force, de l’ambition, et disons-le, de la beauté dans ce bâtiment qui a immédiatement séduit le jury… »

Véronique Bédague
Directrice générale adjointe de Nexity

DOCKS MALRAUX

« Le bâtiment de Georges Heintz et d’Anne-Sophie Kehr dégage une force dans le site Malraux, ancien lieu portuaire de la ville de Strasbourg. Avec son immense porte-à-faux, la surélévation semble glisser sur le bâtiment existant. Le bâtiment exerce une pression sur le vide et fabrique un lieu public à l’échelle de la ville. La posture claire et élégante adoptée ici est une très belle réponse à la transformation d’un existant : les vocabulaires employés se valorisent mutuellement. La grande distinction de la surélévation posée sur l’existant, sa finesse et le minimalisme de son écriture contrastent avec la robustesse du socle. Côté nord, les escaliers de secours semblent s’émanciper de toute logique de composition. Ils évoquent les passerelles qu’on trouve souvent amarrées aux grands cargos. Georges Heintz et Anne-Sophie Kehr signent ici une réalisation subtile et remarquable. »

Dominique Coulon
Agence Dominique Coulon & associés

© Heintz-Kehr
© Heintz-Kehr
© Heintz-Kehr